Les flèches

Gypse du désert de Sierra Nevada, 2017

 

sculpture pierre gypse laure subreville fleches

sculpture pierre gypse laure subreville fleches

sculpture pierre gypse laure subreville fleches

La pierre est à la fois une trace et un souvenir. Elle est en lien avec la mémoire et le territoire. Éparpiller les pierres c’est créer des sortes de pointillés dans l’espace. Le regard se veut similaire à celui que l’on a dans une nature. Les pierres sont des détails sur lesquels on se heurte dans le paysage. Ces pierres sont importantes parce qu’elles témoignent d’une expérience directe, de plusieurs jours, dans le désert. Elles jalonnent mes marches. La pierre c’est déjà le désert. Les gypses poussent en èchent. Elles forcent des lignes droites, dures, tranchantes dans la masse d’argile sinueuse du désert. Elles sectionnent, fragmentent, découpent le paysage et surtout donnent une direction. Il y a une sorte de violence autant dans l’apparition que dans la forme de ces pierres.

Laure Subreville